Accueil Bulletin Nouvelles Ecole de Jimma Nos actions dans le Kaffa L'Éthiopie Photos Contacts Parrainage Adhésion Partenaires
Photos d'Ethiopie



Document sans nom
Nouvelles 2013

Nouvelles Décembre.13

Retour d’Ethiopie (1)

Nous sommes rentrés le 14 décembre après trois semaines passées dans le Sud-ouest de l’Ethiopie. Il est difficile de résumer en quelques lignes ce voyage. Nous allons nous contenter aujourd’hui de faire le point sur l’école de Djimma. Elle sert toujours de référence dans la ville aussi bien au niveau de l’enseignement donné qu’au niveau de l’équipement du jardin d’enfants.

Ce qui a changé

Au cours de cette année 2013, en plus de l’argent nécessaire au fonctionnement, nous avons pu débloquer 30.000 € pour l’extension des locaux et leur équipement. Un nouvel édifice comportant trois salles a été érigé ; il est indépendant du bâtiment principal et se trouve sur l’emplacement du jardin. Il est réservé au primaire. Non seulement les pièces ont été équipées, mais Gete a pu acquérir un terrain de 150 m2 afin d’agrandir la cour. Celle-ci peut être désormais divisée en deux parties : une pour le jardin d’enfants et une autre, plus grande, pour le primaire. Voici donc le nouveau plan de l’ensemble de l’école :

 

 

 

 

 

 

Le nombre d’enfants accueillis s’élève à 222 ; cela a été pour nous une surprise car nous pensions que l’effectif n’atteignait pas 200. Les filles sont toujours nettement plus nombreuses. De plus, il n’y a pratiquement plus d’enfants qui mendient à l’extérieur ; celui qui est surpris à le faire est vertement réprimandé. L’absentéisme – lié à la mendicité – diminue fortement : 3 jours d’absence non justifiée entraînent la mise à la porte ! Enfin, Gete s’est démenée pour trouver de l’argent sur place : ainsi, certains parents moins pauvres donnent une participation ; elle a fait des démarches auprès de certaines entreprises, organisé une tombola ; environ 4.000 € ont pu être récoltés.

Les questions pour l’avenir

En construisant ce nouveau bâtiment, nous pensions en avoir fini avec les constructions. En fait, comme nous aurons 8 niveaux différents (4 au jardin d’enfants et 4 en primaire), il manque une salle de classe. Mais, bien plus inquiétant encore, les exigences du gouvernement – exigences qu’il a du mal à appliquer dans les écoles publiques – sont de plus en plus grandes. L’école doit répondre à des normes calquées sur celles de l’Occident : elle doit posséder une salle des professeurs, une pour les ordinateurs, une pour les TP et une bibliothèque. Ce sont donc 5 salles supplémentaires qu’il faudrait construire : une dans le prolongement du nouveau bâtiment à la place de la pièce provisoire en tôle et 4 à l’étage. Cette nouvelle extension ne réduirait donc pas la surface de la cour.
Nous allons voir comment résoudre ces nouveaux défis et nous lançons un appel pressant pour que nous puissions rapidement bâtir au moins une partie de ces salles supplémentaires…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans notre prochain bulletin du mois de février, nous ferons le point sur ce que nous avons réalisé dans le Kaffa.

Merci de votre fidélité.
Elisabeth et Jean-Louis Bélet

 

Nouvelles Octobre.13

Vie de l’association

1. Fonctionnement de l’association

« Soleil d’Ethiopie » n’est composée que de bénévoles et n’a fonctionné jusqu’à présent qu’avec des fonds privés. Ceux-ci proviennent en majorité de particuliers, donateurs ou parrains ; ils proviennent aussi d’autres associations qui font des versements ponctuels pour des projets précis :
- Ouest-France-solidarité (Rennes) a ainsi financé 2 internats, un moulin à grains, des réservoirs d’eau, du matériel Montessori….


- Para los Niños (Monnaie, Indre-et-Loire) verse depuis 2006 une somme mensuelle pour la nourriture des enfants à l’école de Djimma

 

 

 

 

- Frères d’espérance (Paris) nous a aidés pour l’agrandissement de l’école en 2011 et a financé 2 moulins à grains

 

 

 

 

- Enfants du Monde UK (Londres) a financé en partie le dernier agrandissement de l’école cette année

- D’autres associations nous ont aidés pour l’école : OGEC Ste Ursule de Tours, AMF St Père (Bretagne), Une vie de Projet (Manche), étudiants de l’IUT de Tours, Tours
N’aventures (Vouvray 37210), APEP de Parçay-Meslay (37210)…


Les fonds peuvent aussi provenir d’actions organisées par les uns ou les autres. Ainsi, en Bretagne, un loto géant a été de 2002 à 2011 quasiment la seule source de revenus ; cette année en Touraine, différentes manifestations ont eu lieu ou vont avoir lieu : tombola et repas éthiopiens, vente de fleurs à la sortie des messes à la cathédrale de Tours, pièce de théâtre à Rochecorbon (37210), tournoi de basket à Monts (37260), concert à Tours, paquets-cadeaux dans des grandes surfaces, marchés de Noël… Toutes les idées sont les bienvenues.

 

 

 

 

 

 

 

2. Appel à toutes les bonnes volontés

Chacun de vous peut être partie prenante. Il ne s’agit pas de vous demander davantage d’argent. Vous avez tous des talents ou des compétences dont vous pouvez tirer partie. Voici quelques idées qui pourront plaire à certains :
- organiser des tournois sportifs dans les clubs
- faire payer les dossards 1 € supplémentaire au profit de l’association
- demander à l’école de danse ou de musique d’organiser un spectacle payant
- faire des paquets-cadeaux dans les grandes surfaces
- nous aider à trouver des lots pour la tombola qui sera tirée au mois de mai (nuit en chambre d’hôte ou séjour en gîte ou camping à la ferme…, cadeaux donnés par certaines grandes marques…)
- certaines grandes entreprises ont des fondations (Total, Air France, Veolia, GDF…) ; si vous travaillez dans ce type d’entreprise, vous pouvez nous contacter pour constituer un dossier (actuellement, nous en avons un en cours chez Total)
- des établissements scolaires organisent des bols de riz au profit du Tiers monde
- organiser des randonnées culturelles, chantées, payantes
- faire des ventes de crêpes, confitures…
- rechercher dans votre entourage de nouveaux parrains ou donateurs
- faire circuler la page Facebook « Soleil d’Ethiopie », l’adresse de notre site, le logo…


2. Un dernier point
L’agrandissement de l’école se termine : 3 nouvelles salles ; nous venons de verser 5.000 € supplémentaires pour les finitions. Ces travaux nous auront coûté 30.000 €, exactement la somme prévue à notre budget. Nous nous rendrons sur place fin novembre. Nous irons voir aussi tous les projets qui ont été financés par notre intermédiaire : l’internat de Dekia, le moulin à grains à Sheka, la plantation de café à Shapa, le réservoir d’eau à Boba Guecha, le programme pour les veuves de Muti. Tout cela fera l’objet de notre prochain compte rendu juste avant Noël.

 

 

 

 

 


Elisabeth et Jean-Louis Bélet soleil-ethiopie.fr

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelles Août.13

Temps de vacances

1. Fin d’année scolaire

Comme chaque fin d’année scolaire, une cérémonie, à la manière anglo-saxonne, a été organisée à l’école de Djimma pour la remise des diplômes (graduation). Cela s’est fait en présence des parents et amis au cours d’une journée où les réjouissances hautes en couleur ont été variées : chants, danses, poèmes... Cette cérémonie est incontournable dans toute école qui se respecte et les frais qu’elle occasionne doivent être prévus dans le budget ; ainsi Gete a dû dépenser à cette occasion 3.790 ETB (ethiopian birr), soit environ 150 €.

 

 

 

 

 

 

 

Remise des diplômes

 

 

 

 

 

 

 

Fête lors de la remise des diplômes

 

 

 

Les travaux d’agrandissement se poursuivent, comme on peut le voir sur la photo ci-contre : le nouveau bâtiment devrait être prêt pour la rentrée ; une nouvelle section (grade 3 = CE2) sera ouverte. ; une augmentation des frais de fonctionnement est à prévoir.

 

 

 

 

 

2. L’internat de Dekia et autres centres

La construction de l’internat de garçons à Dekia continue grâce au financement obtenu auprès d’Ouest-France-solidarité (25.000 €). Toute cette somme a été maintenant versée. Les difficultés sont nombreuses en raison du transport des matériaux et de l’acheminement de l’eau qui doivent se faire dans à dos de mule et d’homme (11 heures de marche aller-retour).

En ce qui concerne le moulin à grains et le réservoir d’eau financé également par Ouest-France-solidarité (11.000 €), nous n’avons pas encore de photos. De plus, dans le courant du mois de juillet, nous avons versé 5.000 € supplémentaires : 1.500 € pour un programme dans le village de Muti concernant un groupe de 17 veuves qui ont, à elles toutes, 92 enfants à charge (achat de brebis pleines) et 3.500 € pour un programme de plantation de 25.000 pieds de café dans le village de Shappa ; M. et Mme Paul Dequidt (www.pauldequidt.com), torréfacteurs à Wormhout (59727) ont pris en charge ce dernier programme ; qu’ils en soient ici très chaleureusement remerciés. Nous n’avons pas reçu encore de photos ; de toute façon, nous nous rendrons sur place au mois de novembre.

 


3. Un appel
Nous sommes une petite association ; nous n’avons aucun frais de logistique car tous les voyages sont pris en charge par ceux qui les font. Cependant, certaines dépenses sont incompressibles : assurance à la MAIF (104,97 €), frais de serveur Internet (72,48 € pour 2 ans) et frais bancaires internationaux (36,65 € par virement, soit 219,90 € pour 6 virements par an en moyenne). Cela représente donc un total de 397,35 € pour l’année en cours (moins de 0,5 % de notre budget 2013). Ces frais sont couverts par les cotisations (10 € par an). Il nous faut donc 40 cotisants et nous n’avons pas encore atteint ce chiffre. En effet, lorsque nous recevons une somme sans aucune précision, ce qui est presque toujours le cas, nous considérons qu’il s’agit d’un don et nous envoyons tout l’argent en Ethiopie.

En outre, on peut préciser qu’en cotisant vous devenez adhérent et donc que vous avez droit de vote lors de l’Assemblée Générale qui a lieu en janvier ou février.

 

Nous vous souhaitons une excellente fin de vacances

 

 

 

 

 

 

Nouvelles juin.13

Les travaux continuent

1. Nouvelles de l’association


Les quelques bénévoles que nous sommes essayons d’imaginer sans cesse des moyens pour récolter des fonds. Cela est particulièrement nécessaire en ce moment où nous agrandissons l’école.
Tout d’abord, comme chaque année, nous avons organisé un repas éthiopien le 1er juin près de Tours. 90 personnes y ont participé dans une ambiance détendue et festive ; cette année, des danses éthiopiennes ont agrémenté ce repas.
A cette occasion, nous avions aussi mis en place une tombola dotée de lots attrayants, la plupart recueillis auprès de comités d’entreprise ou d’entreprises : nous tenons d’ailleurs à remercier entre autres Odalys-vacances, GD vacances, Belambra, Yves Rocher, les pâtisseries bretonnes Kerjeanne et Paul Dequidt, torréfacteur à Wormhout (département du Nord) lui-même très engagé en Ethiopie.
De plus, le 9 juin, des étudiants de l’IUT de Tours ont organisé un tournoi de basket en Indre-et-Loire : cette manifestation très réussie intitulée « Ensemble pour un basket solidaire », s’inscrit dans le cadre de leur formation et les bénéfices sont versés à Soleil d’Ethiopie.
Enfin, l’association Ouest-France-solidarité nous a accordé une nouvelle fois une subvention au profit de centres nutritionnels : 11.000 € (voir plus loin). Nous remercions ici les responsables qui nous font toujours confiance.

2. L’école de Djimma

La construction se poursuit et nous espérons qu’elle pourra être achevée pour la prochaine rentrée scolaire. A cet effet, nous avons débloqué 25.000 € en deux fois : 15.000 début mars et 10.000 fin mai. Par delà le coût global de cet agrandissement, il est à noter que Gete a trouvé sur place une partie du financement : 76.240 ETB (birr éthiopiens) soit 3.500 € environ ; la moitié de cette somme est due au travail des parents. Ce montant peut sembler modeste mais quand on connaît le niveau de vie en Ethiopie, nous apprécions cette contribution à sa juste valeur.

3. Les centres nutritionnels


L’internat de Dekia est en cours de construction mais les difficultés sont nombreuses : en effet, ce village se trouve à 5 heures de marche de la route la plus proche. L’itinéraire est par endroit très accidenté en raison de dénivelés importants et de la boue. Tous les matériaux sont donc transportés à dos de mule et cela ralentit le rythme des travaux. Nous avons versé 21.000 € pour cette construction ; il nous en reste 4.000 à envoyer sur les 25.000 donnés par « Ouest-France-solidarité ».
Par ailleurs, les 11.000 € versés à nouveau par cette même association (voir plus haut) vont nous permettre de financer 2 projets qui nous tenaient à coeur : un moulin à grains à Sheka – ainsi les femmes ne seront plus obligées de broyer les grains entre deux pierres – et des réservoirs d’eau à Boba Guecha. La somme a été envoyée à la fin du mois de mai.
Rendez-vous sur la page facebook « Soleil d’Ethiopie »


Jean-Louis Bélet

 

Nouvelles avr.13

Début de travaux


1. L’école de Djimma
Lors de l’Assemblée Générale du 1er février, il a été décidé d’agrandir l’école : 3 classes doivent être construites (afin que le cycle primaire soit complet) pour un montant de 25.000 €. Nous avons débloqué 15.000 € au début du mois de mars. Les travaux ont aussitôt commencé. Lorsque les matériaux ont été amenés sur place, Gete a provoqué une réunion des parents au cours de laquelle ils ont fait la remarque que, suite à cet agrandissement, il n'y aurait plus de terrain disponible pour de nouveaux bâtiments : la surface au sol serait trop petite et il serait dommage d'empiéter sur le potager ou les aires de jeu. Ils ont donc proposé de "monter en hauteur". C'est-à-dire de faire en sorte que les fondations soient suffisamment solides pour y ajouter plus tard un étage. Cela veut dire qu'il faut creuser plus profondément, mettre davantage de pierres et de tiges de fer. C'est un surcoût que les parents se sont proposé de financer eux-mêmes, soit en argent pour ceux qui le peuvent, soit en nature. C’est pour nous à la fois une bonne nouvelle et une cause de perplexité. Bonne nouvelle bien sûr, car les parents s’impliquent et donc tiennent à ce que cette école vive et même se développe. Source de perplexité, car nous n’avons jamais envisagé de poursuivre la scolarité au delà du cycle primaire… En tout cas, les travaux ont bien sûr commencé, les pierres, sable et le ciment ont été livrés, les fondations ont été creusées ; c’est ce que montrent les photos qui nous sont parvenues le 9 avril.
Enfin, le matériel Montessori financé par Ouest-France-solidarité vient d’arriver à l’école ; l’acheminement est toujours un peu long car il s’est fait par l’intermédiaire de particuliers qui ont bien voulu s’en charger, nous évitant ainsi des frais de transport.


2. L’internat de Dekia
Ouest-France-solidarité nous a versé en décembre 2012 la somme de 25.000 € afin de construire un internat de garçons à Dekia, un gros village de la région de Bonga à 5 h à pied de la route la plus proche. Sur cette somme, nous avons versé dans un premier temps 17.000 €. Là aussi, les travaux ont commencé mais c’est compliqué. En effet, les matériaux, achetés à Djimma, sont d’abord transportés à Bonga ; de Bonga, ils sont petit à petit amenés jusqu’au début du chemin muletier à Wushi et à partir de là montés à dos de mule jusqu’à Dekia. Dans ces conditions, on comprend que les choses soient beaucoup plus lentes et que le coût soit plus important. De plus il n’existe pas sur place d’entrepreneur capable de mener à bien les travaux. Malgré tout, ceux-ci sont en cours mais nous n’avons pas encore de photo. De toute façon, nous irons voir sur place au mois de novembre prochain.


3. Les aides obtenues et espérées
Depuis le début de l’année, nous avons reçu quelques signes encourageants au niveau de nos sources de financement. D’abord, l’association « Enfants du monde U.K. » a créé un partenariat avec Soleil d’Ethiopie et nous a déjà versé la somme de 5.000 £, soit près de 6.000 € (http://enfantsdumondeuk.com/2013/03/08/partenariat-avec-sole...). Cette somme sera utilisée pour les travaux de l’école. Nous remercions sa Présidente ainsi que les membres du bureau de la confiance qu’ils nous accordent. En outre, plus de 400 élèves d’un lycée de Tours ont organisé un bol de riz dans le courant du mois de mars et ils ont décidé de nous en verser les bénéfices. Il est réconfortant de voir des jeunes se mobiliser pour d’autres jeunes moins favorisés.
Enfin, nous avons sollicité des aides auprès de deux organisations afin de nous aider à financer l’agrandissement de l’école. En effet, nous savons bien que les 25.000 € que nous avons prévus ne suffiront pas car il faudra équiper ces nouvelles classes : c’est au minimum 30.000 € qui seront nécessaires.

Merci de votre soutien fidèle
Elisabeth Bélet
www.soleil-ethiopie.fr






 

Copyright © 2019 by Soleil d'Éthiopie  |  Powered by Soleil Éthiopie © 2001-2019 .  |  Design by Soleil d'Éthiopie